Des larmes de maman

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais, dès le début de ma grossesse – ou presque – je m’imaginais transmettre (et partager) mille choses à mon bout de chat.

J’avais envie de lui faire goûter des tas de trucs, d’aller dans des dizaines de musées, de visiter des tas d’endroits, de lui faire écouter des heures de musiques. Bref, de lui donner tout ce que je peux pour qu’il s’éveille, construise ses goûts et ses opinions, qu’il s’ouvre au monde.

Aujourd’hui, Petit Bonheur a deux ans et quelques mois. C’est un petit gars bien éveillé, très pipelette et vraiment observateur. Ce n’est pas un aventurier. Son développement est avant tout cognitif et bien moins physiologique mais c’est SON chemin, et le fait qu’il le suive tranquillement m’importe plus que tout.

Je m’efforce de partager autant de choses que faire se peut avec lui. Il goûte quasiment à tout ce que je cuisine (sauf quand j’estime que c’est trop épicé). Il s’est découvert une passion pour les épices et les aromates et est fan de curry doux, d’épices korma, de cumin, etc. Quand il était plus petit, il demandait à ce qu’on lui pose sur la langue quelques brins d’herbes ou d’aromates pour les goûter alors que nous faisions la cuisine.
S’il adore le chocolat, il ne va pas en faire une indigestion et s’arrête tout seul de manger son gâteau s’il n’en a plus envie et préfèrera souvent manger les fruits rouges décorant un gâteau que le gâteau lui-même.
Il aime énormément les légumes crûs, le maïs en salade.
Il a une passion pour tous les fruits rouges, y compris les groseilles les plus acides.
Si je le laissais faire, il mangerait du maquereau tous les jours.

Bref, il a le palais qui se développe et s’affine. C’est un plaisir de le voir découvrir et apprécier ou, au contraire tordre le nez sur certaines saveurs.

Il a aussi découvert les livres et peut passer un long moment à les parcourir avant de s’endormir ainsi qu’à son réveil. C’est son petit plaisir à lui : fouiller dans la bibliothèque qui jouxte son lit et piocher.
J’adore le regarder, tout concentré qu’il est, feuilleter ses bouquins et raconter des trucs à son doudou d’amour (qu’il embrasse et poupouille à peu près 48h par jour… Oh wait! ).

L’autre jour, en voiture, il a même dit tout bas à son doudou « je t’aime très fort ». Ca m’a fichu les larmes aux yeux.

Et à propos de larmes aux yeux (outre le premier sourire, le premier vrai bisous, le premier vrai câlin et encore à peu près mille autres occasions), je vais vous en raconter une bonne.

Chapi Chapo
Petit Bonheur aime beaucoup la musique (tant que les cuivres ne jouent pas trop fort, là il a peur) et particulièrement les violons et le piano. Je pense qu’il a une bonne oreille qui, associée à sa sensibilité, le faisait pleurer à un moment bien précis du générique de Chapi Chapo (quelques notes de la gamme nostalgique) quand il était tout petit bébé. Et pourtant, il fallait le chanter encore et encore et encore…
Bref.
J’ai décidé de lui proposer quelques extraits de Fantasia. Comme prévu, il a détesté les moments où les cuivres et les percussions dominent et largement préféré les moments légers même si parfois mélancoliques.

Fantasia - Disney
Et c’est là qu’il est question de mes larmes.

Fantasia - Disney (extrait)
Quand j’ai commencé à lui faire découvrir cet ovni cinématographique et que je l’ai vu se poser pour écouter et regarder, ressentir toute une palette d’émotions… eh ben, ça m’a retournée comme une crêpe. Mes yeux se sont embués. J’étais vraiment émue de voir ma crapouille intéressée par l’une des choses que j’aime beaucoup, qui me rappelle de nombreux souvenirs.
Ajoutez à ça une bonne bouffée d’amour maternel et vous obtenez une maman très très fan de son petit coeur et… du fait d’être maman.
Tout simplement.

Ca vous parle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *